« La part du colibri » est un slow media dédié au journalisme de solution. Vous y trouverez chaque jour une solution abordée à travers le prisme d’une initiative locale, d’une politique nationale ou d’un engagement international.

La rubrique « Longs formats » propose quant à elle des reportages et des enquêtes sur des alternatives existantes, et sur les possibilités de leur développement en France ou à plus grande échelle.

 

Voir le site

Pourquoi faire du journalisme d’impact ?

Pour beaucoup, le premier travail de la presse est de dénoncer. À ce titre, le journalisme d’investigation est précieux, car il permet souvent, à la fois par son travail d’enquête mais aussi par le recul qu’il prend et la remise en perspective qu’il offre, de mettre en lumière les injustices et les rapports de domination à l’oeuvre dans nos sociétés. Ainsi naît l’indignation.

Dès lors, il n’est pas rare que l’individu se sente submergé et impuissant, tant les changements nécessaires semblent ne pouvoir s’exercer qu’à des niveaux bien plus importants que celui du simple citoyen. Face à ce mur, le danger devient alors la résignation.

À « La part de colibri », nous défendons l’idée que le deuxième travail de la presse n’est pas de faire tomber ce mur mais de donner les outils à ceux qui le feront. C’est pourquoi nous proposons chaque jour des moyens de transformer cette indignation en action. Ainsi naît l’envie d’agir.